Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

20 avril 2011

La Démocratie ou le Pouvoir du Peuple par et pour le Peuple ...

democratie,participative,cres,représentativité(source : Wikipédia)

En France, la démocratie est représentative. Elle est donc à la fois démocratique et aristocratique. Démocratique en ce que chaque citoyen peut faire valoir sa voix ; aristocratique en ce que "l'élection sélectionne nécessairement les élites".

Crise de la représentativité réelle des élites

La perte de confiance dans l’élite politique est tout à la fois : locale, régionale, nationale, européenne...

Par exemple, aujourd’hui, Nicolas Sarkozy recueille 29% d'opinions positives contre 68% d’opinions négatives. Cela me fait penser, vous savez, à l’indice de confiance des prévisions météo : 20% de chances qu’il neige demain. En réalité, tout ce que vous savez c’est qu’il y a de grandes chances qu’il ne neige finalement pas… De la même manière, lorsqu'un homme politique propose une nouvelle orientation ou vision, il y a de grandes chances pour que l’opinion publique pense a priori majoritairement exactement tout le contraire !!

La démocratie représentative montre quotidiennement ses limites et ses lacunes :

  • parlement non représentatif de la diversité de la société,
  • éloignement des élus du terrain et de la réalité quotidienne,
  • sentiment pour les citoyens de ne pas être compris des politiciens,
  • méfiance envers les hommes politiques,
  • faiblesse des contre-pouvoirs,
  • augmentation de l'abstention...

 

La démocratie participative désigne l'ensemble des dispositifs et des procédures qui permettent d'augmenter l'implication des citoyens dans la vie politique et d'accroître leur rôle dans les prises de décision.

 Les caractéristiques d'une démocratie participative sont :

  • l'extension du droit de vote et de sa fréquence, assortie de l'initiative législative (ex : via des pétitions);
  • la concertation dynamique, sous forme de débats libres, relative à des décisions aussi bien à échelle locale que nationale (exemple : Comités Consultatifs, Conseils de Quartiers...);
  • la mise en place d'un système organisé qui garantit que toutes les idées constructives et nouvelles des citoyens seront examinées de manière efficace

 

Comment expliquer que le maire du Crès semble favorable à la Démocratie Participative...

En réalité, ce concept de démocratie participative n’est pas nouveau et son application largement détournée…

Le livre de Michel Koebel donne un bon rapport de la démocratie participative, le concept de démocratie participative ne donnerait pas plus de pouvoir au citoyen : les citoyens sont consultés, mais c'est l'élu qui garde le pouvoir. Ce n'est donc pas de la démocratie directe, ou une véritable démocratie au sens étymologique et politique - si le citoyen/individu n'a pas le pouvoir sans subterfuge.

À partir d’analyses portant sur les instruments spécifiques de participation, Marion Paoletti et Sandrine Rui ont montré la façon dont les élus locaux pilotaient soigneusement les dispositifs nouveaux de participation. Le référendum local n’était pas conçu comme un dispositif de démocratie directe, mais bien plutôt comme une consultation préalable orchestrée soigneusement par les maires, soucieux de tester les résistances à tel ou tel projet municipal.

En d’autres termes, la démocratie locale se vit comme l’affirmation d’un pouvoir des maires verrouillé qui prend l’allure d’un « présidentialisme municipal ».

En matière de délibération et de participation locale, le diagnostic est saillant lorsque sont évoqués tous les instruments consultatifs forgés ces dernières années, la commission extra-municipale au conseil de quartier, les conseils d’enfants, de jeunes et d’anciens. Selon Michel Koebel, « en 2004, l’Association nationale des conseils d’enfants et de jeunes (ANACEJ) » dénombrait environ 1200 structures de ce type dans diverses collectivités ». La multiplication de ces instruments traduit la mise en scène du bon vouloir de l’élu local toujours accessible, disponible et à l’écoute des intérêts de ses administrés.

En l’occurrence, ces mécanismes excluent de manière redoutable tout partage de la décision sur des sujets sensibles.

Il est temps que le peuple français réaffirme sa souveraineté et sa volonté de participer activement à la prise de décision (cliquer ici).

Qu'en pensez-vous ?


 

12:28 | Commentaires (2) | |  Facebook | |