Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

31 mars 2015

VOISINS VIGILANTS : Palavas, St-Clément-de-Rivière, Teyran, Vendargues, Baillargues, Juvignac, La Grande-Motte, Gigean, Mauguio, Balaruc, Agde, Vias, Cazouls-les-Béziers, Marseillan, Pézenas, Sérignan et Portiragnes, au tour de St-de-Vedas et les Matelles

Capture d’écran 2015-03-31 à 21.14.13.jpgEt au Crès ?

Les habitants s'organisent, seuls ... Comme d'habitude !

Merci M. Le Maire !

 

VV_Matelles.jpg

 

Voisins vigilants 23.03.2015.jpg

 

ARTICLE de L'AGGLORIEUSE du 8 Août 2013 (source) :

La commune de Pérols va être la 18e du département à adhérer au dispositif de la participation citoyenne, autrement dit des « Voisins vigilants », instauré fin 2011 sous l’ère du président de la République Nicolas Sarkozy par ses ministres préférés, Brice Hortefeux et Claude Guéant. Les maires de Palavas, Saint-Clément-de-Rivière, Teyran, Vendargues, Baillargues, Juvignac, La Grande-Motte, Gigean, Mauguio, Balaruc, Agde, Vias, Cazouls-les-Béziers, Marseillan, Pézenas, Sérignan et Portiragnes ont déjà signé le protocole, dont l’objectif est d’installer un maillage pour lutter contre l’insécurité. « C’est de sensibiliser les citoyens en les associant à la protection de leur propre environnement, en empruntant la forme d’un réseau de solidarité de voisinage autour de riverains d’une même rue, d’une même avenue, d’un même lotissement, d’un même quartier. Ce dispositif doit permettre d’alerter le maire, la police municipale, voire la police nationale et la gendarmerie, de tout événement de nature à troubler la sécurité des personnes et des biens », explique-t-on à la préfecture de l’Hérault : « Les maires de ces 17 communes ont désigné des référents dont l’action est encadrée par un protocole signé avec le préfet, le patron de la Sécurité publique si c’est en zone police ou de la gendarmerie nationale. Ces élus et ces “Voisins vigilants” relaient ainsi l’action des policiers et des gendarmes auprès de la population, en favorisant également la diffusion des conseils préventifs locaux de sécurité destinés à lutter contre les dégradations et les vols. » Très bien, le discours. Mais alors, pourquoi ça ne fait pas recette ?
Pas associés
Il y a d’abord un manque de communication, si l’on en croit par exemple un conseiller municipal de Vendargues, Lionel Espérou : « Si ce dispositif a le mérite d’exister ici, je déplore vivement que nous n’ayons pas été associés – je parle au nom de l’opposition municipale. Nous aurions pu y apporter notre concours, si le maire, Pierre Dudieuzère, avait cru bon de nous informer, comme nous l’apportons lorsque l’on parle d’intérêt général. Et là, il y a intérêt général. Nous ne savons pas comment fonctionne ce dispositif. En tout cas, les cambriolages se multiplient sur Vendargues, notamment à la ZAC Pompidou. Les gendarmes de la brigade de Castries, que j’ai rencontrés récemment encore, m’ont confirmé cette razzia et l’intensification de patrouilles pour identifier les auteurs. Mais, ils se plaignent de l’absence de renseignements en retour, les habitants ne voient rien, n’entendent rien. Donc, conclusion : le dispositif des “Voisins vigilants” ne fonctionne pas correctement, sinon ça se saurait. » Il y a ensuite une attente qui dure anormalement dans la plupart des communes qui ont adhéré, pour que l’accouchement se fasse enfin. Dans la douleur, comme à Baillargues, par exemple ? Le cabinet du maire, Jean-Luc Meissonnier, avoue ne pas être en mesure de livrer des chiffres sur l’état des lieux actuel. Visiblement, les fameux référents indispensables pour faire fonctionner la machine sont aux abonnés absents. Un atout toutefois pour Baillargues : l’excellente entente entre les policiers municipaux et les gendarmes de la compagnie de Lunel.
Collaboration étroite
Une collaboration étroite qui est parfaite également à Palavas. « Je peux dire que nous avons été les précurseurs en la matière dans la station balnéaire. Le moindre fait anormal, suspect nous revient, et ça fonctionne depuis de nombreuses années. Les Palavasiens ont le réflexe du parfait citoyen en nous alertant jour et nuit. L’avantage, c’est que nous assurons une permanence 24 heures sur 24 et ça se ressent au niveau des statistiques : en 2012, la délinquance a fortement diminué ici », se félicite Gilles Haddouche, le boss de la police municipale de Palavas, qui travaille main dans la main avec les gendarmes de la compagnie de Castelnau-le-Lez.
Sur Palavas, c’est l’association Marilamp qui gère le dispositif des « Voisins vigilants », sous l’autorité du référent, Raoul Falip, un retraité qui n’a organisé que deux réunions seulement depuis la signature du protocole. Un policier municipal en poste dans une autre commune dotée de ce dispositif explique sa farouche opposition : « Je redoute des débordements. Il y a des référents qui risquent de jouer au shérif, ça risque de déboucher sur des créations de milices, de déraper vers des actes racistes, c’est ça qui me fait peur. Le climat de délation, souvenir de la dernière guerre, est à bannir. » Selon lui, la solution idéale serait le renforcement important des effectifs des polices municipales, avec des agents armés, en organisant notamment des patrouilles nocturnes : « Je peux vous certifier que la délinquance baisserait. Il n’y a pas assez de patrouilles de police nationale et de gendarmerie la nuit, il y a des zones commerciales et artisanales abandonnées, sans aucune ronde, sauf là où les chefs d’entreprise payent des vigiles, mais ce n’est pas la solution. » C’est exactement le constat de Bruno Bartocetti, délégué du syndicat SGP-Unité Police-FO : « Ce dispositif des “Voisins vigilants” s’inspire du concept anglo-saxon de surveillance des quartiers, mais on ne peut pas comparer avec la culture des Français. La perception de cette réalité du civisme est différente chez nous et ce procédé est dès lors dangereux. Que ce soit les policiers ou les gendarmes, ils ont déjà du mal à recueillir des renseignements susceptibles d’identifier des auteurs. Nous, on préférerait avoir des témoins sérieux qui n’ont aucune crainte de parler, plutôt que des référents. » Mais, pour Bruno Bartocetti, « l’urgence, c’est de restaurer la confiance entre les policiers, les gendarmes et les citoyens ; le fil est rompu ».
Typologie
Il y a des maires qui se disent très satisfaits de ce dispositif, comme Jean-Pierre Mollet de Teyran : « Les habitants, soucieux de leur tranquillité, apprécient ce processus. Vingt volontaires se sont spontanément manifestés pour être désignés comme référents, 17 ont été retenus, les 3 autres étant des voisins immédiats de ces derniers. Les réunions avec les gendarmes de la brigade de Clapiers-Jacou sont positives et les bons résultats dans la lutte contre la délinquance sont dus à ce dispositif, grâce à l’efficacité aussi de notre police municipale. »
À Mauguio-Carnon, ce protocole des « Voisins vigilants » a permis d’identifier une typologie de faits spécifiques, selon le maire et conseiller général Yvon Bourrel, « à savoir les cambriolages, auxquels ce maillage pouvait apporter une réponse, une forme de vigilance et de responsabilité citoyenne qui favorisent le lien et l’attention à l’autre. En liaison avec les gendarmes, nous avons identifié trois zones sur lesquelles des réunions ont été organisées, avec des référents recrutés. Nous sommes attentifs au suivi de la cellule des référents, qui permet d’éviter toute dérive ». Deux constats toutefois : la Zone prioritaire de sécurité (ZPS) instaurée par l’État « constitue un volet complémentaire de l’action citoyenne dans les quartiers » aux yeux d’Yvon Bourrel. Et le renforcement de la brigade de gendarmerie locale où est installée une cellule de lutte contre les cambriolages active sur toute la compagnie de Lunel, couplée aux « Voisins vigilants », n’empêche pas les spectaculaires vols de cuivre sur la commune : 600 mètres de câbles équipant le stade municipal ont ainsi été emportés récemment.
Un gang spécialisé qui frappe dans la région sans laisser la moindre trace jusqu’à présent. Au beau milieu de la nuit, pendant que les « Voisins vigilants » dorment du sommeil du juste !
Jean-Marc Aubert

 

InfoLeCres

Pour être alerté de la publication de nos prochains articles, inscrivez vous à la Newsletter (en haut à droite de la page d’accueil).

NEW ! Rejoignez nous aussi sur FACEBOOK et TWITTER !!

21:10 | Commentaires (0) | |  Facebook | |