Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

30 novembre 2013

TETRACHLOROETHYLENE DANS L'EAU POTABLE : La lettre à la Préfecture

logoprefecture.gifVoici une copie de la lettre que les associations Air Pur Le Crès et Garrigues Poumon Vert viennent d'envoyer à Monsieur le Préfet de l'Hérault (25/11/2013). Notre Maire, Pierre Bonnal, n'ayant pas la moindre intention de faire quoi que ce soit pour faire cesser la pollution de la nappe phréatique, nous demandons à ce que la Préfecture se saisisse du dossier. Nous savons, par expérience (affaire de l'usine d'asphalte du Crès ASTEN-SLPA), qu'il est bien plus productif de discuter directement avec le Préfet qu'avec notre Maire qui ne s'est jamais intéressé ni à la pollution de l'air, ni à celle de l'eau de sa propre commune. Espérons que les autres maires concernés réagirons mieux.

InfoleCres

P.S. Puisque la Mairie refuse de déposer plainte contre X alors que c'est son devoir (voir exemples des villes de Bordeaux et d'Avignon), nous envisageons de le faire à sa place. Toute aide est la bienvenue dans ce domaine. Merci d'avance !


Nos trois précédents articles sur le sujet :

1- LA NAPPE PHREATIQUE AU CRES GRAVEMENT POLLUEE : La mairie s'en tamponne le coquillard !

2- POLLUTION DE LA NAPPE PHREATIQUE : La réponse du Maire Pierre BONNAL

3- SCANDALE DE L'EAU POTABLE AU CRES, JACOU, VENDARGUES ET ST AUNES : Qui sont les (ir)responsables !?

 

Monsieur le Préfet de l’Hérault,

    Nous avons appris récemment par deux phrases lapidaires dans un rapport du Syndicat d'Adduction en Eau potable du Salaison (SIAE) que la nappe phréatique du Crès était gravement polluée au Tétrachloroéthylène (TCE) au point de ne plus être potable. En tant qu’associations de protection de l’environnement d’une commune qui met en place un AGENDA 21, vous comprendrez aisément notre très vive émotion.

Emotion qui s’est rapidement muée en incompréhension la plus totale lorsque nous avons essayé d’alerter M. le Maire Pierre Bonnal. En effet, lors du dernier conseil municipal, celui-ci a fait savoir qu’il s’opposait catégoriquement à toute action visant à mettre fin à cette pollution ou à déterminer son origine. Nous trouvons cette prise de position particulièrement choquante. Comment un Maire peut il se désintéresser à ce point de la santé de ses administrés et de la protection d’une ressource aussi vitale ?

Pour aggraver les choses, nous avons appris que l’eau polluée de la nappe phréatique du Crès continuait à être utilisée pour alimenter en eau potable (à hauteur de 19% en volume) les communes du Crès, de Jacou, de Vendargues et de St Aunès. Malgré la dilution, la concentration en TCE est toujours élevée, proche de la limite à ne pas dépasser pour l’alimentation en eau des nourrissons. Demain, elle sera peut être bien supérieure puisque rien n’est fait pour identifier les pollueurs qui continuent impunément de contaminer la nappe phréatique.

Vous trouverez, ci-joint, trois exemples de villes confrontées à une pollution similaire. Toutes ces communes ont réagi de manière responsable en effectuant des études complémentaires pour évaluer la gravité de la pollution, la circonscrire, trouver sa source et faire condamner les responsables. Face à l’apathie de nos élus locaux, nous demandons que la Préfecture de l’Hérault se saisisse en urgence de cette affaire et fasse appliquer les mesures nécessaires pour faire cesser cette pollution en déterminant son origine et les responsabilités éventuelles.

    En vous remerciant pour l'attention que vous voudrez bien apporter à cette lettre, nous vous prions d'agréer, Monsieur le Préfet, l'expression de notre respectueuse considération.


Les associations Air Pur Le Crès et Garrigue Poumon Vert

 

Pièces Jointes : Exemples des villes d'Avignon, Bordeaux et Foix (cliquez pour télécharger)

 

Les derniers articles d'ILC sont ICI

Les articles d'INFOLECRES de 2012 sont ICI

10:01 | Commentaires (3) | |  Facebook | |